Se connecter
Rechercher

Mycosis fongoïde papuleux

Auteurs : Brajon D, Bonnet N1, Dales J-P2, Berbis P1
Affiliations : 1Service de dermatologie, hôpital Nord, chemin de Bourrely, 13009 Marseille, France2Service d’anatomopathologie, hôpital Nord, chemin de Bourrely, 13009 Marseille, France
Date 2013 Juin-Juillet, Vol 140, Num 6-7, pp 455-458Revue : Annales de dermatologie et de vénéréologieType de publication : présentations de cas; revue de la littérature; article de périodique; DOI : 10.1016/j.annder.2013.04.072
Cas clinique
Résumé

IntroductionLe mycosis fongoïde (MF) est le plus fréquent des lymphomes T cutanés. Récemment, une nouvelle forme de MF débutant a été décrite : le MF papuleux. Nous en rapportons un cas et proposons une revue de la littérature consacrée à cette affection.ObservationUn homme de 63 ans présentait des lésions papuleuses du tronc, érythémateuses, non prurigineuses. L’examen général était sans particularité. La biopsie cutanée mettait en évidence un infiltrat lymphocytaire épidermotrope de densité modérée, compatible avec un MF. Les cellules de l’infiltrat n’exprimaient pas le CD30. Un traitement par dermocorticoïdes très puissants (clobétasol, une application par jour) entraînait une quasi-disparition des lésions.DiscussionDe nombreuses variantes cliniques du MF ont été décrites ; une des plus récentes est le mycosis fongoïde papuleux (MFP), dont dix cas ont été rapportés dans la littérature médicale. Le MFP débute par une éruption papuleuse, érythémateuse, non prurigineuse et chronique qui ne s’associe pas aux lésions érythématosquameuses classiques de MF débutant. Il ne semble pas exister de prédominance de sexe. L’âge de survenue se situe entre 31 et 63 ans. L’examen anatomopathologique des lésions de MFP trouve un infiltrat sous épidermique épidermotrope constitué majoritairement de lymphocytes T CD4+. Le MFP est assimilé à une forme débutante de MF, de bon pronostic ; il semble répondre aux traitements classiquement utilisés pour les MF débutants. En cours d’évolution, il peut s’associer à des lésions classiques de MF à type des plaques érythématosquameuses. Les diagnostics différentiels du MFP incluent le MF pilotrope, le pityriasis lichenoïde chronique, le pityriasis lichénoïde varioliforme aigu et surtout la papulose lymphomatoïde de type B, dont le tableau anatomopathologique peut être proche du MFP.ConclusionLe MF papuleux semble être une variante de bon pronostic de MF débutant. Toutefois les données cliniques et évolutives d’un plus grand nombre de patients semblent nécessaires afin de mieux caractériser cette entité.

Mot-clés auteurs
Mycosis fongoïde; Papuleux; Lymphome;
 Source : Elsevier-Masson
 Source : PASCAL/FRANCIS INIST
 Source : MEDLINE©/Pubmed© U.S National Library of Medicine
Accès à l'article
  Accès à distance aux ressources électroniques :
Exporter
Citer cet article
Brajon D, Bonnet N, Dales J-P, Berbis P. Mycosis fongoïde papuleux. Ann Dermatol Venereol. 2013 Jui;140(6-7):455-458.
Courriel(Nous ne répondons pas aux questions de santé personnelles).
Dernière date de mise à jour : 22/08/2017.


[Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.