Se connecter
Rechercher

Uvulite vibratoire mimant un angiœdème : à propos de 5 cas

Auteurs : Van Der Brempt X, Vandezande L1, Frognier R1
Affiliations : 1Allergopôle, clinique Saint-Luc, Bouge, Belgique
Date 2015 Avril, Vol 55, Num 3, pp 274-274Revue : Revue Francaise d'AllergologieDOI : 10.1016/j.reval.2015.02.059
Aut-1
Résumé

IntroductionLes cas d’uvulite isolée sont très rarement rapportés dans la littérature (quelques dizaines de cas). Nous décrivons 5 patients vus pour bilan d’angiœdème laryngé, chez qui il s’agissait en fait d’uvulite vibratoire, avec bilan allergique négatif.ObjectifFaire connaître cette entité et rechercher les facteurs favorisants ou les points communs entre ces cas.MéthodesCinq patients (24–71 ans ; 4H, 1F) ont été colligés entre 2007 et 2015.RésultatsChaque patient a présenté au moins 1 ou 2 épisodes sévères avant le diagnostic, toujours la nuit ; tous étaient des ronfleurs chroniques (dont 1 femme de 71 ans avec un syndrome d’apnées du sommeil sévère), aucun n’était fumeur, un seul avait un IMC > 30 ; tous ont présenté un œdème isolé du pharyngo-larynx (uvulite clinique confirmée dans 4 cas et confondue avec une épiglottite dans un cas) ; 4/5 ont dû être traités par adrénaline en salle d’urgences, mais avec amélioration lente (plusieurs heures) ; les mêmes 4 patients avaient une luette anormalement longue en intercrise. Tous souffraient d’un reflux gastro-œsophagien (RGO) évident et confirmé, qui n’était pas traité lors de l’épisode d’uvulite. Aucun patient n’a récidivé après le diagnostic et la mise en route d’un traitement antireflux.DiscussionLes causes habituelles d’uvulite isolée sont les infections, l’angiœdème héréditaire ou non héréditaire (lié aux IEC-sartans), le cannabis, la sarcoïdose. Un seul cas identique aux nôtres a été publié (Nosbaum, Rev Fr Allergol 2011), et dans un autre cas l’uvulite est survenue lors d’une anesthésie générale avec ronflement majeur chez un patient porteur d’un SAS (Miller 2006). Chez nos 5 patients, le RGO semble intervenir comme facteur causal, tout comme le ronflement. Le traitement curatif est en principe l’uvulectomie, mais qui n’a été nécessaire chez aucun de nos patients sous traitement antireflux.ConclusionL’uvulite isolée est rare mais peut occasionner des symptômes sévères et mimer un angiœdème ; dans les 5 cas décrits ici, l’association d’une ronchopathie et d’un RGO semble avoir joué un rôle favorisant, si pas causal.

 Source : Elsevier-Masson
Accès à l'article
 Accès à distance aux ressources électroniques :
Exporter
Citer cet article
Van Der Brempt X, Vandezande L, Frognier R. Uvulite vibratoire mimant un angiœdème : à propos de 5 cas. Revue Francaise d'Allergologie. 2015 Avr;55(3):274-274.
Courriel(Nous ne répondons pas aux questions de santé personnelles).
Dernière date de mise à jour : 25/03/2017.


[Haut de page]

© CHU de Rouen. Toute utilisation partielle ou totale de ce document doit mentionner la source.